1 Krone / 4 Mark Danemark Argent Frédéric III de Danemark (1609 -1670)

1659, royaume du Danemark, Frederik III. Pièce d'argent de 4 marques (couronnes). Année de la menthe : 1659 Lieu de la monnaie : Copenhague Dénomination : 4 Mark (1 Krone) Référence : Davenport 3574, KM-194.4a Poids : 21,74 g Diamètre : 41 mm Matériau : Argent Avers : Couronne au-dessus du chiffre de Frédéric III (ligate F3) dans le cercle intérieur . Légende : * IIII * MARCK * DANSKE * 1659 * Revers : Bouclier couronné du Royaume de Danemark, sur croix courte aux extrémités en forme de triangle. Légende : * DOMINVS * PROVIDEBIT * (« Le Seigneur pourvoira ! ») Frédéric III (danois : Frederik III ; 18 mars 1609 – 9 février 1670) fut roi du Danemark et de Norvège de 1648 jusqu'à sa mort. Il institua la monarchie absolue au Danemark et en Norvège en 1660, confirmée par la loi en 1665 comme la première de l'historiographie occidentale. Il est né le deuxième fils aîné de Christian IV du Danemark et d'Anne Catherine de Brandebourg. Frédéric n'est considéré comme héritier du trône qu'après la mort de son frère aîné le prince Christian en 1647. À la mort de Christian IV du Danemark, Frédéric concède une influence significative à la noblesse afin d'être élu roi. En tant que roi, il mena deux guerres contre la Suède. Il a été vaincu lors de la guerre dano-suédoise de 1657-1658, mais a atteint une grande popularité lorsqu'il a résisté à l'assaut de Copenhague en 1659 et a remporté la guerre dano-suédoise de 1658-1660. Plus tard cette année-là, Frédéric utilisa sa popularité pour dissoudre la monarchie élective en faveur de la monarchie absolue, qui dura jusqu'en 1848. Il épousa Sophie Amalie de Brunswick-Lunebourg, avec qui il engendra Christian V du Danemark. Frédéric est né à Haderslev dans le Slesvig, fils de Christian IV du Danemark et d'Anne Catherine de Brandebourg. Dans sa jeunesse et sa jeunesse, il n'y avait aucune chance qu'il accède au trône danois, puisque son frère aîné Christian fut élu héritier présomptif en 1608. Frederick fit ses études à l'Académie de Sorø et étudia aux Pays-Bas et en France. Dans sa jeunesse, il a démontré un intérêt pour la théologie, les sciences naturelles et l'histoire scandinave. C'était un prince réservé et énigmatique qui riait rarement, parlait peu et écrivait moins, un contraste frappant avec Christian IV. Mais s'il lui manquait les qualités impulsives et joviales de son père, Frédéric possédait les vertus compensatoires de modération et de maîtrise de soi. Le 1er octobre 1643, Frédéric épousa Sophie Amalie de Brunswick-Lunebourg, fille de Georges, duc de Brunswick-Lunebourg, au caractère énergique, passionné et ambitieux. Il était un collectionneur passionné de livres et sa collection est devenue la fondation de la Bibliothèque royale de Copenhague. Dans sa jeunesse, Frédéric devint l'instrument des projets politiques de son père dans le Saint Empire romain germanique. Il reçut l'administration du prince-archevêché de Brême (1635-1645), du prince-évêché de Verden (1623-1629 et de nouveau 1634-1644) et fut nommé coadjuteur de l'évêché de Halberstadt. À l'âge de dix-huit ans, il était commandant en chef de la forteresse brémienne de Stade. Ainsi, dès son plus jeune âge, il possédait une expérience considérable en tant qu'administrateur, tandis que sa formation générale était très soignée et approfondie. Pendant la guerre de Torstenson de 1643 à 1645, Frédéric perdit le contrôle de ses possessions au sein de l'empire. Il est ensuite nommé commandant des duchés du Schleswig-Holstein par son père. Son commandement échoua, principalement en raison de ses querelles avec le comte-maréchal Anders Bille, qui commandait les forces danoises. Ce fut la première collision de Frédéric avec la noblesse danoise, qui le considéra toujours avec une extrême méfiance. La mort de son frère aîné Christian en juin 1647 ouvrit la possibilité à Frédéric d'être élu héritier présomptif du trône danois. Cependant, cette question n'était toujours pas réglée lorsque Christian IV mourut le 28 février 1648. Après de longues délibérations parmi les domaines danois et au conseil royal de Rigsraadet, il fut finalement accepté comme roi Frédéric III du Danemark. Le 6 juillet, Frédéric reçoit les hommages de ses sujets et il est couronné le 23 novembre. Cependant, en raison des doutes concernant le règne de Christian IV, ainsi que des précédentes administrations conflictuelles de Frédéric à Brême et à Verden et de ses querelles avec Anders Bille, il n'a été élu qu'après avoir signé une charte du Haandfæstning. Le Haandfæstning comprenait des dispositions réduisant la prérogative royale déjà diminuée en faveur de Rigsraadet bénéficiant d'une influence accrue. Dans les premières années de son règne, Rigsraadet était le principal centre de pouvoir de la politique danoise. Cependant, Frédéric exerçait plus de pouvoir que ce qui avait été institué par le Haandfæstning et réussit finalement à destituer les deux membres les plus influents de Rigsraadet de leurs fonctions en 1651 : ses beaux-frères Corfitz Ulfeldt et Hannibal Sehested. Ulfeldt s'exila en Suède où il devint traître, tandis que Sehested fut rétabli en grâce en 1660. Malgré toutes ses qualités, Frédéric n'était pas homme à reconnaître pleinement ses propres limites et celles de son pays. Mais il considérait à juste titre l'avènement de Charles X de Suède, le 6 juin 1654, comme une source de danger pour le Danemark. Il pensait que le tempérament et la politique se combineraient pour faire de Charles un roi-guerrier agressif : la seule incertitude était dans quelle direction il tournerait ses bras en premier. L'invasion de la Pologne par Charles en juillet 1655 fut un net soulagement pour Frédéric, même si même la guerre de Pologne était pleine de périls latents pour le Danemark. Frédéric était résolu à rompre avec la Suède à la première occasion opportune. Lorsque Rigsdagen se réunit le 23 février 1657, il accorda volontiers des subventions considérables pour la mobilisation et autres dépenses militaires. Le 23 avril, il reçut l'accord de la majorité de Rigsraadet pour attaquer les dominions allemands de Suède. Début mai, les négociations encore en cours avec cette puissance furent interrompues et, le 1er juin, Frédéric signa le manifeste justifiant une guerre qui ne fut jamais formellement déclarée. Le roi suédois déjoua tous les plans de ses ennemis avec la marche à travers les Belts en janvier et février 1658. L'effet de cet exploit inouï de traverser la mer gelée pour envahir le territoire danois fut écrasant. Frédéric demanda aussitôt la paix. Cédant aux convictions des ministres anglais et français, Charles accepta finalement de se contenter de mutiler, au lieu d'anéantir, la monarchie danoise. Le traité de Taastrup fut signé le 18 février et le traité de Roskilde le 26 février 1658. La conclusion de la paix fut suivie d'un épisode remarquable. Frédéric exprime le désir de faire la connaissance personnelle de son conquérant et Charles X consent à être son hôte pendant trois jours, du 3 au 5 mars, au château de Frederiksborg. De splendides banquets qui duraient jusque tard dans la nuit et des conversations intimes entre des princes tout juste sortis d'une lutte mortelle semblaient n'annoncer que la paix et l'amitié pour l'avenir. Mais la soif insatiable de conquête de Charles et sa méfiance indéracinable à l'égard du Danemark l'ont poussé à s'efforcer d'éliminer un voisin gênant sans aucune raison raisonnable ni déclaration de guerre, au mépris de toutes les normes internationales de comportement acceptable de la part des dirigeants. La terreur fut le premier sentiment provoqué à Copenhague par le débarquement de la principale armée suédoise à Korsør sur la Zélande le 17 juillet 1658. Personne n'avait prévu la possibilité d'une attaque aussi soudaine et brutale, et tout le monde savait que la capitale danoise était très insuffisamment fortifiée et en garnison. Au cours de cette guerre, Frédéric acquit une grande popularité auprès du grand public, en réprimandant le conseil de ses conseillers de fuir Copenhague avec les mots mémorables « Je mourrai dans mon nid » et en menant activement la défense de la ville. Le 8 août, les représentants de tous les états de la capitale ont insisté sur la nécessité d'une résistance vigoureuse, et les citoyens de Copenhague, dirigés par le maire Hans Nansen, ont protesté de leur loyauté inébranlable envers le roi et de leur détermination à défendre Copenhague jusqu'au bout. Les Danois ne disposaient que de trois semaines d'avertissement du danger imminent, et la ligne de défense vaste et délabrée ne comptait au début que 2 000 défenseurs réguliers. Mais le gouvernement et le peuple ont fait preuve d'une énergie mémorable et exemplaire sous la supervision constante du roi, de la reine et du maire Nansen. Au début de septembre, toutes les brèches étaient réparées, les murs étaient hérissés de canons et 7 000 hommes étaient sous les armes. La ville était si forte à cette époque que Charles X, abandonnant son intention initiale de prendre la place d'assaut, commença un siège régulier. Il fut également contraint d'abandonner lorsqu'une flotte hollandaise auxiliaire renforça et réapprovisionna la garnison et la vainquit le 29 octobre lors de la bataille du Sound. Les Néerlandais aidèrent ensuite à la libération des îles danoises en 1659. Ainsi, la capitale danoise avait sauvé la monarchie danoise.3 La guerre prit fin par le traité de Copenhague en mai 1660, qui confirmait la cession de la Scanie, du Halland et du Blekinge du traité de Roskilde, tandis que Bornholm et certaines parties du Schleswig revenaient au Danemark. Mais c'est Frédéric III qui profita le plus de sa défense énergique des intérêts communs du pays et de la dynastie. La loyauté traditionnelle des classes moyennes danoises se transforma en enthousiasme pour le roi personnellement et, pendant une brève période, Frédéric devint l'homme le plus populaire de son royaume. Il a utilisé sa popularité pour réaliser le rêve de sa vie et transformer une monarchie élective en monarchie absolue par la Révolution de 1660. Pour assurer cette conversion, il a institué l'état d'urgence de 1660 au Danemark. Lors de la réunion des États de septembre 1660, destinée à résoudre les problèmes financiers rencontrés après les guerres, Frédéric montra les différents États les uns contre les autres. Il réussit à obtenir le soutien de la monarchie héréditaire, l'annulation du Haandfæstning et l'institution d'une monarchie absolue par décret. Au cours des dix dernières années de son règne, le roi a de nouveau pris une position relativement obscure pendant que la nouvelle monarchie se construisait et que le pays tentait de se relever après les guerres. De nouveaux hommes sont entrés au gouvernement, marqué par une rivalité entre les ministres et les conseillers comme Hannibal Sehested et Kristoffer Gabel. mFrederick s'est concentré sur le changement de la structure administrative de la chancellerie aux collèges de villégiature, et a remplacé les divisions administratives des fiefs par des comtés amt. Durant cette période Kongeloven (Lex Regia), la « constitution » de la monarchie absolue danoise fut rédigée en 1665. En 1665, Frédéric eut l'occasion de rendre la pareille aux Néerlandais en empêchant la marine britannique de prendre la flotte des épices des Indes orientales, mais décida coopérer avec les Britanniques. La flotte hollandaise avait cherché refuge en Norvège et les Britanniques tentèrent de persuader le roi de prendre la flotte lui-même, affirmant qu'elle avait plus de valeur que l'ensemble de son royaume. Frédéric et les Britanniques ont effectivement accepté de piller la flotte, mais avant que la flotte danoise n'atteigne Bergen, le commandant de la forteresse avait déjà mis les navires anglais en déroute lors de la bataille de Vågen. Frédéric III est mort au château de Copenhague et est enterré dans la cathédrale de Roskilde.

voir plus

 

10  Pièces
2

(1737 X 852pixels, taille du fichier: ~409K)
Posté par: anonymous  2022-02-20
Details about 1655, Kindom of Denmark, Frederik III. Large Silver 4 Mark (Krone) Coin. XF!

(1737 X 852pixels, taille du fichier: ~409K)
Posté par: anonymous  2022-02-18
Details about 1655, Kindom of Denmark, Frederik III. Large Silver 4 Mark (Krone) Coin. XF!

(1737 X 852pixels, taille du fichier: ~409K)
Posté par: anonymous  2022-02-17
Details about 1655, Kindom of Denmark, Frederik III. Large Silver 4 Mark (Krone) Coin. XF!

(1537 X 752pixels, taille du fichier: ~259K)
Posté par: anonymous  2018-11-22
1659, Kindom of Denmark, Frederik III. Silver 4 Mark (Krone) Coin. XF+ Mint Year: 1659 Mint Place: Copenhagen Denomination: 4 Mark (1 Krone) Reference: Davenport 3574, KM-194.4a ($525 in VF!) Condition: Light rusty deposits, minor mint-made planchet imperfections, a few contact-marks an ...

(1500 X 751pixels, taille du fichier: ~233K)
Posté par: anonymous  2018-03-30
Dänemark. Frederik III. 1648-1670. Krone 1653. Davenport 3574, Hede 95 A.Sehr schön - vorzüglich

(3205 X 1594pixels, taille du fichier: ~1M)
Posté par: anonymous  2023-12-30
1659, Kindom of Denmark, Frederik III. Large Silver Krone (4 Mark) Coin. VF-aXF! Mint Year: 1659 Mint Place: Gluckstadt Denomination: 4 Mark (Krone)References: Davenport 203, KM-194.4a. Condition: Minor deposits, otherwise VF-aXF! Weight: 20.97gm ...
FRANCE 1 Centime L'AN 6 (1797) A - Copper - VF- 4224
Vendue pour: $6.0
FRANCE 1 Centime L'AN 6 (1797) A - Copper - VF- 4224
WESTPHALIA (Germany) 1 Mark 1921 - Aluminum - Emergency Money / Notgeld - A56
Vendue pour: $7.0
WESTPHALIA (Germany) 1 Mark 1921 - Aluminum - Emergency Money / Notgeld - A56
FRANCE 1 Centime 1848A - Bronze - VF - 4223
Vendue pour: $5.0
FRANCE 1 Centime 1848A - Bronze - VF - 4223
Vous pourriez être intéressé par les pièces suivantes
10 Krone Danemark Argent Marguerite II de Danemark (1940-) / Frédéric IX de Danemark (1899 - 1972)
10 Krone Danemark Argent Marguerite II d ...
Le groupe a   5 pièces / 4 prix
2 Mark Royaume de Prusse (1701-1918) Argent Wilhelm II, German Emperor (1859-1941)
2 Mark Royaume de Prusse (1701-1918) Arg ...
Le groupe a   102 pièces / 96 prix
10 Ore Danemark  Christian IX de Danemark (1818-1906)
10 Ore Danemark Christian IX de Danemar ...
Le groupe a   16 pièces / 13 prix
2024-07-19 - New coin is added to 3 Kreuzer Ååstenrik Argent


    3 Kreuzer Ååstenrik Argent
Le groupe a    22 pièces / 16 prix



1645, Archduke Ferdinand Charles. Scarce Silver 3 Kreuzer Coin. Hall mint! Mint Year: 1645 Reference: KM-852. Condition: A nice AU+ Mint Place: Hall (Tyrol, Austria) Denomination: 3 ...
2024-07-08 - New coin is added to 1000 Reis Brésil Argent


    1000 Reis Brésil Argent
Le groupe a    4 pièces / 4 prix



BRAZIL 1889 1000 Reis Silver Crown XF
Vous pourriez être intéressé par...
Dirigeants de l'empire
Empire romain (27BC-395)
Arbres généalogiques et pièces
Maison de Bourbon
Identifiez-vous!
Quelle est la pièce ?
Quelle est la pièce ?
Prix des pièces
Prix des pièces