1 Baiocco États pontificaux (752-1870) Cuivre Pie VII (1742 -1823)

Métal:
Date:
1802

Personne:
Pie VII (1742 -1823)             
Référence dans le catalogue :

Vatican, pape Pie VII. Belle pièce de monnaie Baiocco en cuivre.
Lieu de la monnaie : Rome Année de la monnaie : 1801 (MDCCCI)
Référence : CNI 10, Paga. 77, Séra. 56, Berme. 3236, KM-1267. Dénomination : Baiocco – Appropriation papale de la Basilique Saint-Jean de Latran ! Matériau : Cuivre Poids : 11,79 g Diamètre : 34 mm Avers : Bouclier, surmonté d'un diadème, clés croisées en arrière-plan. Légende : SACROSANCTAE BASILICAE LATERANENSIS POSSESS. Commentaire : Le Pape a pris la Basilique Saint-Jean de Latran comme siège le 24 novembre 1801. Exergue : BAIOCCO (Valeur) Revers : Légende en quatre lignes, année et, trois têtes de lande en dessous. Légende : PIVS / SEPTIMVS / PONTIFEX / MAXIMVS i. R. : MDCCCI La Basilique Saint-Jean de Latran (en italien : Basilique Saint-Jean-de-Latran) est la cathédrale de l'église de Rome et le siège ecclésiastique officiel de l'évêque de Rome, qui est le Pape. Officiellement nommée Archibasilica Sanctissimi Salvatoris et Sancti Iohannes Baptista et Evangelista in Laterano (« Archibasilique du Très Saint Sauveur, Saint Jean-Baptiste et Saint Jean l'Évangéliste au Latran », elle est la plus ancienne et occupe la première place (étant la cathédrale de Rome ) parmi les quatre principales basiliques de Rome, et détient le titre d'église mère œcuménique (église mère de tout le monde habité) parmi les catholiques romains. Une inscription sur la façade, Christo Salvatore, consacre le Latran comme archbasilique du Très Saint Sauveur, car les cathédrales de tous les patriarches sont dédiées au Christ lui-même. En tant que cathédrale de l'évêque de Rome, contenant le trône papal (Cathedra Romana), elle se classe au-dessus de toutes les autres églises de l'Église catholique romaine, même au-dessus de la basilique Saint-Pierre du Vatican. Vatican. Le pape Pie VII, OSB (14 août 1740-20 août 1823), né le comte Barnaba Niccolò Maria Luigi Chiaramonti, fut pape du 14 mars 1800 au 20 août 1823. Chiaramonti est né à Cesena, fils du comte. Scipione Chiaramonti ; sa mère, Giovanna Chiaramonti, était la fille du marquis Ghini et était apparentée à la famille Braschi. Il rejoint l'ordre bénédictin en 1756 à l'abbaye de S.Maria del Monte de Cesena et change son prénom en Gregorio. Il devient ensuite professeur dans les collèges bénédictins de Parme et de Rome. Sa carrière est devenue une série de promotions suite à l'élection d'un ami de la famille, Giovanni Angelo Braschi, comme pape Pie VI (1775-1799). En 1776, Pie VI nomma Barnaba, 34 ans, qui enseignait au monastère de Saint-Anselme à Rome, abbé honoraire en commende de son monastère, suite aux plaintes des frères. Après l'avoir nommé évêque de Tivoli, près de Rome, Pie VI le fit cardinal et évêque d'Imola en février 1785. À partir du moment où les forces françaises envahirent l'Italie en 1797, le cardinal mit en garde contre la tempérance et la soumission à la République cisalpine. Dans son homélie de Noël 1797, il affirmait qu'il n'y avait pas d'opposition entre une forme de gouvernement démocratique et le fait d'être un bon catholique : « Soyez de bons catholiques et vous serez de bons démocrates », disait l'évêque. Après la mort de Pie VI, pratiquement prisonnier de la France, à Valence en août 1799, le conclave se réunit le 30 novembre 1799 au monastère bénédictin de San Giorgio, à Venise. Il y avait trois candidats principaux, dont deux se sont révélés inacceptables pour les Habsbourg, dont le candidat, le cardinal Alessandro Mattei, n'a pas pu obtenir suffisamment de voix. Après plusieurs mois d'impasse, Chiaramonti a été élu candidat de compromis. Il fut élu pape Pie VII à Venise le 21 mars 1800 lors d'un couronnement plutôt inhabituel, portant une tiare papale en papier mâché, l'original ayant été saisi par les Français avec Pie VI. Puis un navire autrichien, le « Bellona », le conduisit à Pesaro, d'où il gagna Rome par voie terrestre. L'un des premiers actes de Pie VII fut de nommer Ercole Consalvi, qui avait exercé les fonctions de secrétaire du récent conclave, au collège des cardinaux et au poste de secrétaire d'État. Depuis le début de sa papauté jusqu'à la chute de Napoléon Ier Bonaparte en 1815, Pie VII s'impliquera pleinement dans la France. Lui et Napoléon seraient continuellement en conflit, impliquant souvent les souhaits du chef militaire français de faire des concessions à ses exigences, tandis que le Pape, bien qu'il ait presque toujours cédé à Napoléon, ne souhaitait que le retour des États pontificaux, et plus tard la libération de les 13 cardinaux noirs ainsi que plusieurs ecclésiastiques, moines, nonnes, prêtres exilés ou emprisonnés, ses divers partisans, y compris ses secrétaires d'État, et sa propre libération d'exil. Napoléon a réalisé l'importance de la religion comme moyen d'accroître l'obéissance et son contrôle sur le peuple français. Ce n'est que lorsque le conclave des cardinaux s'est réuni pour élire un nouveau pape que Napoléon a décidé d'enterrer le pape Pie VI décédé quelques semaines plus tôt, avec une cérémonie criarde dans le but d'attirer l'attention de l'Église catholique. Cela a finalement conduit au Concordat de 1801 négocié par Ercole Consalvi, secrétaire d'État du pape, qui a resystématisé le lien entre l'Église française et Rome. Mais le Concordat contenait aussi les « Articles organiques » que Consalvi avait farouchement niés à Napoléon, mais que ce dernier avait malgré tout installés. Contre la volonté de la plupart des membres de la Curie, Pie VII se rendit à Paris pour le couronnement de Napoléon en 1804. Bien que le pape et la papauté se soient vu promettre plusieurs cadeaux luxueux et dons monétaires, le pape avait initialement refusé la plupart de ces offres. En l'occurrence, Napoléon a accepté mais a produit une tiare papale, qui présentait comme joyau principal celle qui avait été précédemment confisquée par Napoléon au pape Pie VI. La papauté avait subi une perte importante de terres ecclésiastiques à cause des sécularisations dans le Saint Empire romain germanique à la suite de la paix de Lunéville (1801), lorsqu'un certain nombre de princes allemands avaient été compensés pour leurs pertes par la saisie de biens ecclésiastiques. Quels que soient les espoirs de Pie VII envers Napoléon, les États pontificaux furent finalement pris par les Français vers 1808, et lorsque Napoléon fut excommunié par la suite, l'un de ses officiers y vit une opportunité de gagner des éloges. Bien que Napoléon ait capturé le château Saint-Ange et intimidé le pape en pointant des canons sur sa chambre papale, il n'a pas chargé l'un de ses lieutenants les plus ambitieux, le lieutenant Radet, d'enlever le pape. Pourtant, une fois Pie VII prisonnier, Napoléon ne proposa pas sa libération ; le pape serait déplacé à travers les territoires de Napoléon, parfois gravement malade, même si la majeure partie de son emprisonnement aurait lieu à Savone. Napoléon enverrait plusieurs délégations de ses partisans pour faire pression sur le pape sur diverses questions, allant de l'abandon de son pouvoir à la signature d'un nouveau concordat avec la France. Le pape restera en détention pendant plus de six ans et ne reviendra à Rome que le 24 mai 1814, lorsque les forces alliées libéreront le pape pour poursuivre les forces napoléoniennes. Le pape, dans une dernière remarque sur la situation, demanda à son secrétaire de rédiger une lettre au gouvernement britannique demandant un meilleur traitement pour l'empereur exilé à Sainte-Hélène. L'une des dernières lignes de la note indiquait : "Il ne peut plus constituer un danger pour personne. Nous ne souhaitons pas qu'il devienne une cause de remords." Au Congrès de Vienne (1814-1815), les États pontificaux furent en grande partie restaurés. Le pape s'est réjoui. Les Jésuites furent rétablis ; l'Index et l'Inquisition furent relancés. Les Juifs romains durent retourner au ghetto. Il offrit pourtant volontiers un refuge dans sa capitale aux membres de la famille Bonaparte. La princesse Letitia, la mère de l'empereur déchu, y vivait ; il en fut de même pour ses frères Lucien et Louis et son oncle, le cardinal Fesch.

voir plus

 

5  Pièces

(1005 X 470pixels, taille du fichier: ~89K)
Posté par: anonymous  2014-09-02
1802, Vatican, Pope Pius VII. Large Copper Baiocco Coin. VF Condition: VF Mint Place: Rome Reference: KM-1267. Denomination: Baiocco Mint Year: 1802 (MDCCCII) Material: Copper Weight: 11.18gm Diameter: 34mm Obverse: Shield, topped by tiara. Crossed keys in background. Legend: PO ...

(1057 X 501pixels, taille du fichier: ~113K)
Posté par: anonymous  2015-04-14
1802, Vatican, Pope Pius VII. Beautiful Large Copper Baiocco Coin. XF! Condition: XF! Mint Place: Rome Reference: KM-1267. Denomination: Baiocco Mint Year: 1802 (MDCCCII) Material: Copper Weight: 10.25gm Diameter: 34mm Obverse: Shield, topped by tiara. Crossed keys in background ...

(1005 X 476pixels, taille du fichier: ~100K)
Posté par: anonymous  2014-06-11
1815, Vatican, Pope Pius VII. Beautiful Copper Baiocco Coin. VF Condition: VF Mint Place: Bologna Denomination: Baiocco Mint Year: 1815 (MDCCCXV) Reference: KM-1267 ($50 in VF!). Material: Copper Weight: 12.05gm Diameter: 33mm Obverse: Shield, topped by tiara. Crossed keys in b ...

(1005 X 475pixels, taille du fichier: ~109K)
Posté par: anonymous  2015-07-21
1801, Vatican, Pope Pius VII. Beautiful Copper Baiocco Coin. VF- Mint Place: Rome Mint Year: 1801 (MDCCCI) Condition: Damaged (pitted by corrosion), therwise VF. Reference: CNI 10, Paga. 77, Sera. 56, Berm. 3236, KM-1267. Denomination: Baiocco - Papal appropriation of the Basilica of St. John ...

(1205 X 600pixels, taille du fichier: ~129K)
Posté par: gcoins  2010-08-24
Папская область 1 байоччо (1802 г.) Медь Папа Пий VII. Номер по краузе #1267
TURKEY 100 Lira 1982 - FIFA World Cup - aUNC - 4241
Vendue pour: $5.0
TURKEY 100 Lira 1982 - FIFA World Cup - aUNC - 4241
TURKEY 1947 1 LIRA CRESCENT MOON & STAR TRKYE SILVER WORLD COIN
Vendue pour: $3.0
TURKEY 1947 1 LIRA CRESCENT MOON & STAR TRKYE SILVER WORLD COIN
ITALY 1 Lira 1902 R - Silver 0.835 - Vittorio Emanuele III. - VF - 3124 *
Vendue pour: $9.0
ITALY 1 Lira 1902 R - Silver 0.835 - Vittorio Emanuele III. - VF - 3124 *
Vous pourriez être intéressé par les pièces suivantes
2.5 Scudo États pontificaux (752-1870) Or Pie IX (1792- 1878)
2.5 Scudo États pontificaux (752-1870) O ...
Le groupe a   15 pièces / 13 prix
1 Scudo États pontificaux (752-1870) Argent
1 Scudo États pontificaux (752-1870) Argent
Le groupe a   4 pièces / 3 prix
1 Baiocco États pontificaux (752-1870) Cuivre Pie VII (1742 -1823)
1 Baiocco États pontificaux (752-1870) C ...
Le groupe a   5 pièces / 5 prix
2024-07-19 - Nouvelles pièces
Nouvelles pièces de sloveniacoins .
Une d'entre elle est
FRANCE 10 Francs 1932 - Silver .680 - VF+ - 4538
2024-07-12 - New coin is added to 100 Won Corée du Sud Cuivre/Nickel Anouar el-Sadate (1918 - 1981)


    100 Won Corée du Sud Cuivre/Nickel Anouar el-Sadate (1918 - 1981)
Le groupe a    15 pièces / 7 prix



1973 South Korea 100 Won Lot#KJ4 High Grade! Beautiful!
Vous pourriez être intéressé par...
Dirigeants de l'empire
Empire romain (27BC-395)
Arbres généalogiques et pièces
Dynastie de Bragance
Identifiez-vous!
Quelle est la pièce ?
Quelle est la pièce ?
Prix des pièces
Prix des pièces