10 Franc Belgique Nickel Albert Ier (roi des Belges) (1875 - 1934 ...

1930, Royaume de Belgique, Albert Ier. Rare pièce de 10 Francs en Nickel Année de menthe : 1930 Lieu de frappe : Bruxelles Référence : KM-99 Dénomination : 10 Francs – Centenaire de l'Indépendance (1830-1930) Poids : 17,76 g Diamètre : 34 mm Matériau : Nickel Avers : Têtes jointes des trois premiers rois du Royaume (Léopold Ier, Léopold II et Albert Ier) au-dessus des dates anniversaires (1830-1930). Légende : LÉOPOLD Ier. LÉOPOLD II. ALBERT. 1830 – 1930 . Revers : légendes françaises en six lignes avec une grande valeur centrale (10 FRANCS), flanquées de gerbes d'olive. Signature du designer (BENNETAIN) ci-dessous. Légende : ROYAUME DE BELGIQUE 10 FRANCS OU DEUX BELGAS Albert Ier (8 avril 1875 – 17 février 1934) régna comme roi des Belges de 1909 à 1934. Né Albert Léopold Clément Marie Meinrad (en allemand Albrecht Leopold Clemens Marie Meinrad ) à Bruxelles, il était le cinquième enfant et deuxième fils du prince Philippe, comte de Flandre, et de son épouse, la princesse Marie de Hohenzollern-Sigmaringen. Le prince Philippe était le troisième (deuxième survivant) fils de Léopold Ier, premier roi des Belges, et de son épouse, Marie-Louise de France, et le frère cadet du roi Léopold II de Belgique. La princesse Marie était une parente du Kaiser Guillaume II d'Allemagne et un membre de la branche catholique non régnante de la famille Hohenzollern. Albert a grandi au Palais des Flandres, initialement comme quatrième dans la succession au trône de Belgique. Cependant, lorsque le seul fils légitime de son oncle, Léopold II, mourut enfant et que le frère aîné d'Albert, le prince Baudouin de Belgique, qui avait ensuite été préparé au trône, mourut également jeune, Albert, à l'âge de 16 ans. , devint inopinément l'héritier présomptif (après son père) de la couronne belge. Retiré et studieux, Albert se prépara avec acharnement à la tâche de royauté. Dans sa jeunesse, Albert s'inquiétait sérieusement de la situation des classes populaires en Belgique, et parcourait personnellement les quartiers populaires incognito, pour observer les conditions de vie des gens (Bronne). Peu de temps avant son accession au trône en 1909, Albert entreprit une vaste tournée au Congo belge, annexé par la Belgique en 1906, trouvant la région en mauvais état. À son retour en Belgique, il recommande des réformes visant à protéger la population autochtone et à favoriser le progrès technologique dans la colonie (Graham). Il fut le 1 152e Chevalier de l'Ordre de la Toison d'Or en Autriche et le 851e Chevalier de l'Ordre de la Jarretière en 1914. Albert se maria à Munich le 2 octobre 1900 avec la duchesse Elisabeth Gabrielle Valérie Marie en Bavière, une Wittelsbach. princesse qu'il avait rencontrée lors d'un enterrement familial. Fille de Karl-Theodor, duc de Bavière, et de son épouse, l'infante Maria Josepha du Portugal, elle est née au château de Possenhofen, en Bavière, en Allemagne, le 25 juillet 1876 et est décédée le 23 novembre 1965. D'après les lettres écrites lors de leurs fiançailles et de leur mariage (abondamment cités dans les mémoires de leur fille Marie-José), le jeune couple semble avoir été profondément amoureux. Les lettres expriment une profonde affection mutuelle fondée sur une rare affinité d'esprit (Regolo). Ils indiquent également clairement qu'Albert et Elisabeth se sont continuellement soutenus et encouragés mutuellement dans leurs rôles stimulants et difficiles de roi et de reine. Les époux partageaient un engagement intense envers leur pays et leur famille et un vif intérêt pour le progrès humain de toutes sortes. Ensemble, ils cultivent l'amitié d'éminents scientifiques, artistes, mathématiciens, musiciens et philosophes, faisant de leur cour de Laeken une sorte de salon culturel (Marie-José, Regolo). À la mort de son oncle Léopold II, Albert accède au trône de Belgique en décembre 1909. Les précédents rois belges n'avaient prêté le serment d'accession royale qu'en français ; Albert a innové en le prenant également en néerlandais (Bronne). Lui et son épouse, la reine Elisabeth, étaient populaires en Belgique en raison de leur style de vie simple et sans prétention et de leur vie de famille harmonieuse, qui contrastait nettement avec les manières distantes et autocratiques et la vie privée irrégulière de Léopold II. Un aspect important des premières années du règne d'Albert fut l'institution de nombreuses réformes dans l'administration du Congo belge, la seule possession coloniale de la Belgique (Keyes). Le roi Albert était un fervent catholique (d'Ydewalle, Regolo, Gérard). De nombreuses histoires illustrent sa piété profonde et tendre. Par exemple, lorsque son ancien précepteur, le général De Grunne, entra dans sa vieillesse au monastère bénédictin de Maredsous, en Belgique, le roi Albert lui écrivit une lettre dans laquelle il parlait de la joie de se donner à Dieu (d'Ydewalle ). Il dit : « Puissiez-vous passer de nombreuses années à Maredsous dans le suprême réconfort de l'âme qui est donné, aux natures touchées par la grâce, par la foi en la puissance infinie de Dieu et la confiance en sa bonté » (Gérard). À un autre ami, un Diplomate chinois devenu moine catholique, Albert écrivait : « Se consacrer entièrement au service de Notre-Seigneur donne, à ceux touchés par la grâce, la paix de l'âme qui est le bonheur suprême ici-bas » (Gérard). Albert disait à ses enfants : « Comme vous nourrissez votre corps, ainsi nourrissez votre âme » (Regolo). Dans une méditation intéressante sur ce qu'il considère comme le mal qui résulterait d'un abandon des idéaux chrétiens en Belgique, il a déclaré : « Chaque fois que la société s'est éloignée de l'Évangile, qui prêchait l'humilité, la fraternité et la paix, le peuple a été mécontent. , parce que la civilisation païenne de la Rome antique, à laquelle on voulait la remplacer, n'est basée que sur l'orgueil et l'abus de la force" (Discours commémoratif pour les morts de la bataille de l'Yser, prononcé par Dom Marie-Albert, abbé d'Orval, Belgique, en 1936). Au début de la Première Guerre mondiale, Albert a résisté à la demande illégale des Allemands de déplacer des troupes à travers la Belgique neutre afin d'attaquer la France. Le refus d'autoriser le passage des troupes reposait sur le respect du droit international et le souci de l'équilibre des forces en Europe, qui exigeait à l'époque que la Belgique soit une zone tampon neutre entre l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne. (Bronne, Graham, Keyes, Thielemans). En défendant l'équilibre des pouvoirs, le roi Albert protégeait également les intérêts de la Belgique, puisqu'une petite nation pouvait facilement devenir la proie de la grande puissance devenue trop forte (Thielemans). Albert a répondu au désir des Allemands de déplacer des soldats à travers son pays : « Je dirige une nation, pas une route ! » Lorsque l'Allemagne envahit ensuite la Belgique, le roi Albert, comme le prescrit la constitution belge, prit personnellement le commandement de l'armée belge et retint les Allemands suffisamment longtemps pour que la Grande-Bretagne et la France se préparent à la bataille de la Marne (6-9 septembre 1914). . Il a mené son armée à travers le siège d'Anvers et la bataille de l'Yser, lorsque l'armée belge a été repoussée vers une dernière et minuscule bande de territoire belge, près de la mer du Nord. Ici, les Belges, en collaboration avec les armées de la Triple Entente, entreprirent une guerre de position, dans les tranchées derrière l'Yser, et y restèrent pendant les quatre années suivantes. Durant cette période, le roi Albert combat avec ses troupes et partage leurs dangers, tandis que son épouse, la reine Elisabeth, travaille comme infirmière au front. Le roi autorise également son fils de 14 ans, le prince Léopold, à s'enrôler dans l'armée belge comme simple soldat et à combattre dans les rangs (Graham, Keyes). La guerre a infligé de grandes souffrances à la Belgique, qui a été soumise à une dure occupation allemande. Le roi, craignant les résultats destructeurs de la guerre pour la Belgique et l'Europe et consterné par le nombre énorme de victimes, a travaillé par la voie diplomatique secrète pour une paix négociée entre l'Allemagne et l'Entente basée sur le concept « pas de vainqueurs, pas de vaincus ». Il a estimé qu'une telle résolution du conflit protégerait au mieux les intérêts de la Belgique ainsi que la paix et la stabilité futures de l'Europe. Cependant, comme ni l'Allemagne ni l'Entente n'étaient favorables à l'idée, tendant plutôt à rechercher la victoire totale et la reddition inconditionnelle de l'ennemi, les tentatives d'Albert pour promouvoir une paix négociée échouèrent. Compte tenu de sa désapprobation de l'ampleur des objectifs de guerre des Alliés, le roi Albert aurait pu envisager de conclure une paix séparée avec l'Allemagne, si l'indépendance de la Belgique pouvait être assurée et le pays sorti en toute sécurité de la guerre. L'attitude de l'Allemagne rendait cependant cela impossible, car l'Allemagne utilisait la Belgique comme levier pour exercer une pression sur l'Entente et n'était donc pas disposée à restaurer son indépendance (Thielemans). À la fin de la guerre, en tant que commandant du groupe d'armées Flandre, composé de divisions belges, britanniques et françaises, Albert mène l'offensive finale de la guerre qui libère la Belgique occupée. Le roi Albert, la reine Elisabeth et leurs enfants rentrèrent ensuite à Bruxelles où ils furent accueillis en héros. À son retour à Bruxelles, le roi Albert prononce un discours dans lequel il expose les réformes qu'il souhaite voir mises en œuvre en Belgique, notamment le suffrage universel et la création d'une université flamande à Gand. En 1918, il forge un « gouvernement d'union nationale » d'après-guerre composé de membres des trois principaux partis belges, les catholiques, les libéraux et les socialistes (Bronne, Keyes). Albert Ier se souvient de la grève générale belge de 1913 et de la promesse, après elle, d'une réforme constitutionnelle en faveur d'un véritable suffrage universel un homme, une voix (le 18 avril 1893, à l'issue de la grève générale belge de 1893, un suffrage universel le suffrage universel, voté par le Parlement, donnait des votes pluriels basés sur la richesse, l'éducation et l'âge, mais pas un véritable suffrage universel1 ). Le roi tenta une médiation entre les partis favorables ou opposés au suffrage universel afin d'instituer le suffrage universel un homme, une voix et il y parvint. Certains ont qualifié cela de conspiration de Loppem parce que le suffrage un homme, une voix a été institué sans modifier la constitution belge. Le roi Albert a assisté à la Conférence de paix de Paris, où il a défendu les intérêts de la Belgique, insistant sur les réparations de guerre pour permettre à son pays dévasté de se rétablir économiquement, mais s'est également opposé à une politique d'humiliation excessive de l'Allemagne vaincue. Albert craignait qu'une telle politique ne fasse que provoquer la vengeance allemande et conduire à de futures guerres en Europe (Léopold III de Vincent Dujardin, Mark van den Wijngaert, et al.). Il considère également que le détrônement des princes d'Europe centrale et, en particulier, la dissolution de l'empire des Habsbourg constitueraient une menace sérieuse pour la paix et la stabilité du continent ( d'Ydewalle ). Ses opinions n’ont cependant pas prévalu dans les décisions de la Conférence de la paix. Albert a passé une grande partie du reste de son règne à contribuer à la reconstruction de la Belgique d'après-guerre. Albert était un défenseur de l'environnement engagé et, en 1925, influencé par les idées de Carl E. Akeley, il fonda le premier parc national d'Afrique, aujourd'hui connu sous le nom de Parc national des Virunga, dans l'actuelle République démocratique du Congo. Durant cette période, il fut également le premier monarque européen à se rendre aux États-Unis. Alpiniste passionné, le roi Albert Ier est décédé dans un accident d'alpinisme alors qu'il grimpait seul sur la Roche du Vieux Bon Dieu à Marche-les-Dames, dans la région des Ardennes en Belgique, près de Namur. Sa mort a choqué le monde et il a été profondément pleuré, tant en Belgique qu'à l'étranger. Le roi Albert étant un grimpeur expert, certains ont remis en question la version officielle de sa mort. Néanmoins, les rumeurs de meurtre ont été rejetées par la plupart des historiens. Le roi Albert est enterré dans la crypte royale de l'église Notre-Dame de Laeken à Bruxelles. En 1935, l'éminent auteur belge Emile Cammaerts a publié une biographie largement acclamée du roi Albert Ier, intitulée « Albert de Belgique : Défenseur du droit ». En 1993, un proche compagnon d'escalade du roi, Walter Amstutz, a fondé la Fondation Mémorial Roi Albert Ier, une association basée en Suisse et vouée à honorer des personnalités éminentes du monde de l'alpinisme. Célébrant les 175 ans de la dynastie belge et le 100e anniversaire de son couronnement, Albert Ier a récemment été choisi comme motif principal d'une pièce de collection de grande valeur : la pièce commémorative belge de 12,5 euros Albert Ier, frappée en 2008. L'avers montre un portrait Du roi.

voir plus

 

5  Pièces

(1537 X 738pixels, taille du fichier: ~225K)
Posté par: anonymous  2018-10-21
1930, Kingdom of Belgium, Albert I. Scarce Nickel 10 Francs Coin. French Legends! Mint Year: 1930 Mint Place: Brussels Reference: KM-99 ($125 in XF!) Condition: Minor bag-marks, otherwise a ncie AU+ Denomination: 10 Francs - Independence Centennial (1830-1930) Weight: 17.76gm Diameter: ...

(1205 X 600pixels, taille du fichier: ~169K)
Posté par: anonymous  2015-03-06
Belgium. Essai 10 Francs, 1930. Dupriez-2367. Position-B. Conjoined heads of Leopold I, Leopold II and Albert. NGC graded MS-62. Estimated Value $150 - 200. Categories:

(1125 X 420pixels, taille du fichier: ~108K)
Posté par: anonymous  2014-08-12
BELGIUM 1930 10 Francs French Legend VF+

(1125 X 420pixels, taille du fichier: ~106K)
Posté par: anonymous  2014-08-12
BELGIUM 1930 10 Francs Dutch Legend VF-XF
Articles
Léopold Ier, premier roi des Belges, a laissé ...   Léopold Ier, premier roi des Belges, a laissé un héritage important qui s'étend au-delà de son règne et continue d'influencer l'histoire et l'identité de la Belgique. Voici quelques aspects de son héritage : Fondation de la monarchie belge : Léopold Ier a joué un rôle central dans l'établissement de la monarchie belge après ...
L'héritage de Léopold II de Belgique est ...   L'héritage de Léopold II de Belgique est complexe et controversé, englobant à la fois des réalisations importantes et de profondes controverses. Voici quelques aspects clés de son héritage : Expansion coloniale : L'héritage le plus controversé de Léopold II est son règne personnel sur l'État indépendant du Congo (plus tard connu so ...
1804 Draped Bust Half Cent, Crosslet 4, Stems, C-10
Vendue pour: $75.0
1804 Draped Bust Half Cent, Crosslet 4, Stems, C-10
1807 Draped Bust Large Cent, Small Fraction, S-274
Vendue pour: $57.0
1807 Draped Bust Large Cent, Small Fraction, S-274
1798 Draped Bust Large Cent, Style 2 Hair, S-174
Vendue pour: $42.0
1798 Draped Bust Large Cent, Style 2 Hair, S-174
Vous pourriez être intéressé par les pièces suivantes
5 Franc Belgique Argent Léopold Ier de Belgique (1790-1865)
5 Franc Belgique Argent Léopold Ier de B ...
Le groupe a   13 pièces / 13 prix
5 Franc Deuxième République (France) (1848-1852) Argent
5 Franc Deuxième République (France) (18 ...
Le groupe a   59 pièces / 53 prix
20 Franc Belgique Or Léopold Ier de Belgique (1790-1865)
20 Franc Belgique Or Léopold Ier de Belg ...
Le groupe a   15 pièces / 15 prix
2024-07-12 - New coin is added to 25 Centime Luxembourg (pays)


    25 Centime Luxembourg (pays)
Le groupe a    3 pièces / 3 prix



1963 Luxembourg 25 Centimes NGC MS66 Lot#HP7 Gem BU! Coin Rotation
2024-07-12 - New coin is added to 50 Cent États-Unis d'Amérique (1776 - ) Argent


    50 Cent États-Unis d'Amérique (1776 - ) Argent
Le groupe a    443 pièces / 441 prix



1837 Contemporary Bogus Capped Bust Half Dollar, Davignon 2-B
Vous pourriez être intéressé par...
Dirigeants de l'empire
Empire romain (27BC-395)
Arbres généalogiques et pièces
House of Windsor
Identifiez-vous!
Quelle est la pièce ?
Quelle est la pièce ?
Prix des pièces
Prix des pièces